3.c La déconnexion des Déficients

Publié: 26/04/2011 dans Chapitre 3

Le policier. L’élimination, la déconnexion comme nous le disions, avait trois piliers. Le rôle social des individus, la création de son sentiment d’exclusion et son élimination par un simple virus ou la programmation d’une déficience immunitaire. Le procédé avait l’avantage de ne pas mettre en danger les autres, l’individu pouvant succomber à un simple rhume.

Le responsable de la sécurité à l’ONU. Une première réunion a eu lieu en février 2036 à l’ONU de New-York où les responsables de la sécurité planétaire étaient présents. Le plan fut accepté et chacun fut chargé d’adapter pour chaque pays les trois phases, sachant que l’exclusion sociale n’était pas encore ressentie de façon homogène sur la planète et surtout n’était pas vécue de manière linéaire par chaque individu. Les profils sociaux et de comportement furent d’une grande aide dans la réalisation. Il nous fallait juste identifier le rôle social de chaque individu et sans le détruire, ce qui aurait été suspect, le déstructurer.

Parallèlement nous avons mobilisé les médias, en communiquant pour la première fois le coût d’une personne « Déficiente » pour préparer l’opinion publique à exercer elle-même une pression sur celle-ci, à l’image de ce qu’avaient réalisé les anciens sur les fumeurs, les conducteurs de 4X4 et les comportements à risque, pour préparer la mise en place du Flux.

Les médias. Nous avons reçu des statistiques mondiales sur le coût des « Déficients » pour chaque pays et pour chaque continent et surtout les estimations des coûts supplémentaires supportés par les Neutres. Nous avons organisé des débats sur l’éthique, la citoyenneté, le rôle de l’individu, les enjeux économiques, etc… le résultat ? la stigmatisation des déficients. Nous ne pouvions plus, à l’époque, supporter facilement la présence d’un Déficient au sein de notre famille ou de notre entreprise.

Le chef de la sécurité à L’ONU, La déconnexion des Déficients était chose simple. Envoyer un simple virus informatique à chaque puce, la déconnexion était immédiate.

Les premiers calculs nous signalaient environ 130 millions d’inutiles à éliminer dans les cinq ans, répartis sur les cinq continents. Les modèles nous affichaient pendant cette période une croissance économique de 2.49% par année, le choix s’est imposé de lui-même.

La solution finale ne devait pas influencer les Neutres et ne pas les faire souffrir. Le centre de développement à programmer des suppressions sociales avant l’élimination, de manière à ce que l’entourage de l’individu le rejette et que sa disparition soit vécue comme un soulagement.

 Le politique. Le phénomène des Déficients s’est accéléré pour des raisons inexpliquées comme si les variables économiques, écologiques et sociales qui en découlaient ne suffisaient pas à équilibrer la vie de la société et celle de l’être vivant. Le système identifia la présence de quelque chose, d’une conscience qui modifiait sans cesse le sens collectif et personnel des attitudes et des actions. Comme si le seul but de se nourrir ne suffisait pas, comme si la certitude d’un bonheur matériel futur se détruisait par sa simple évocation. Certains chercheurs ont imaginé comprendre, visualiser et toucher la conscience collective, certains ont décelé la présence d’un être suprême qui nous démontrait que nul ne pouvait réguler la puissance, les incertitudes de la vie future et que son développement ne peut être ni maîtrisé, ni certifié. Les philosophes ont identifié des relations tendues entre le bonheur présent et l’hypothétique futur radieux et certain, nous développant la thèse que l’absence d’incertitude était aussi l’absence de créativité et que la créativité Est l’essence même de la vie. Nous l’avions simplement supprimée, la vie a simplement voulu nous démontrer notre ignorance et nous démontrer que la représentation du futur n’est pas le futur, la vie, la conscience, Dieu peut-être, nous a démontré que la vie est une énergie présente, que sa transposition dans un futur identifié comme certain la supprimait dans le plus infime des atomes de la planète.

Dans la conscience de chaque être humain se trouvait l’incertitude de sa propre création et donc la suppression de cette incertitude déréglait l’ensemble des comportements bien au delà d’une activité neutre ou déficiente de l’individu.

Les débats s’éternisaient, l’élimination des Déficients poursuivait son cours. Paradoxalement les nouvelles générations qui n’avaient pas connu d’autre système étaient les plus déficientes, comme si la non-expression totale d’une créativité durant leur vie les détruisait plus vite. Les parents, constructeurs du système souffraient dans leur chair, leur âme, avec plus de 180 millions d’élimination en fin d’année 2044, chaque famille était touchée, y compris les membres des conseils politiques, économiques, écologiques et sociaux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s