Epilogue(s)

Publié: 04/05/2011 dans Chapitre 4

« On a pris pour braves des lâches qui craignaient de fuir. »
Thomas Fuller


(Wikipedia) Une fugue, en musique, est une forme d’écriture contrapuntique exploitant le principe de l’imitation. On désigne, à partir du XVIIe siècle du nom de « fuga » (de fugere, « fuir » en latin) une composition entièrement fondée sur ce procédé : « fuir »

Fugue (Bernard Barut – 2000)
http://d20ab4lsemwpg1.cloudfront.net/28/28_33919low.mp3?author=Bernard%20Barut&title=Fugues&copyright=Bernard%20Barut%20is%20brought%20to%20you%20by%20EuropaMp3%2eorg

Note : Précision sur la loi marquant l’élimination sociale des Déficients du chapitre 2.B.
Cette loi est un « copié collé » de la loi Française (signée par Pétain) du 3 octobre 1940 parue dans le journal officiel le 18 octobre 1940 portant sur le statut des Juifs. J’ai remplacé le mot Juif par Déficient.


Publicités

Chapitre 4 – Le jugement

Publié: 03/05/2011 dans Chapitre 4

Les accusés


Les 127 juges d’instructions ont identifié en quelques mois, à l’aide des archives du Flux 4’854’456 accusés et les ont classés en trois catégories :

1) Faibles responsabilités (3’565’128 accusés)

Essentiellement les policiers et les petits fonctionnaires chargés d’appliquer les décisions du Flux. Les juges ont reconnu qu’ils ne possédaient pas de réels pouvoirs de décisions et qu’ils étaient « les bras sans têtes » de l’organisation, mais qu’ils avaient appliqué avec un zèle coupable les directives du Flux. D’autre part, ils ont souligné que dans une société toujours plus éduquée et cultivée il y avait un grand danger à confier l’application des lois aux citoyens justement les moins éduqués et les moins cultivés.

2) Moyennes responsabilités (1’287’856 accusés)

Essentiellement les cadres, les universitaires, les responsables des PME et des Médias, par leur soutien souvent inconditionnel aux autorités, ils ont donné une légitimité et une base sur laquelle la mise en place du flux s’est appuyée. Les juges d’instructions ont souligné que, bien que la mise en place du flux était aussi un secteur économique lucratif et une volonté politique, les responsables n’étaient pas pour autant dispensés d’analyser les conséquences de leurs actions à une plus large échelle.

3) Hautes responsabilités (1’472 accusés)

Essentiellement les chefs de gouvernements et les dirigeants du consortium Flux agissant au niveau planétaire. Par leur petit nombre et leur pouvoir étendu, ils ont façonné la pensée de milliard de citoyens et décidé la mise en place du flux dans l’unique but de préserver leurs positions et leurs privilèges.

Le jugement du 10 octobre 2045

Le juge Christopher Greenwood Le Flux, dans son essence, dans ce qu’il avait de prospectif, de mesurable et de définitif a attaqué profondément la qualité d’homme. En enfermant chaque action humaine dans un processus défini, il a provoqué le renoncement de chaque être humain. Un tel renoncement, pour citer Rousseau « est incompatible avec la nature de l’homme, et c’est ôter toute moralité à ses actions ». L’essence de la vie n’est réelle que pour ceux qui ont des moyens, un cadre social et un futur non défini qu’ils doivent reconquérir chaque jour.

Les 127 juges du Conseil vous ont reconnu coupables à l’unanimité. Ils ont voulu par ce jugement et la sentence que je vais vous communiquer, créer un exemple qui rappellera, par sa simple évocation, le génocide de plus de 180 millions d’êtres humains et le danger perpétuel qui nous menace de par le simple fait d’être vivants.

Vous êtes coupables d’avoir supprimé la responsabilité individuelle.

« L’autonomie politique est incarnée par la figure du citoyen qui abandonne son indépendance naturelle pour se soumettre volontairement à des lois », dans le Flux mis en place, dont les fondations sont nées de la convergence technologique et d’une situation économique, politique et écologique problématique, rien ne justifiait l’abandon total de la responsabilité individuelle et une altération si profonde du fonctionnement humain.

Vous êtes coupables d’avoir tenté de supprimer l’incertitude du futur.

Si la prévision est une sagesse, enfermer chaque être humain dans un futur prévisible est une terreur qui a directement conduit au procès de ce jour et qui a mené l’humanité à une tragédie sans précédent.

En prédéfinissant notre futur vous avez asservi notre présent à des objectifs sociaux où les aspirations de chaque homme ne pouvaient correspondre à un présent voulu et pensé en conscience. De ce fait, la distorsion entre la volonté unique que chaque être humain est en droit de revendiquer et les objectifs imposés par la société ont conduit à la suppression de l’espoir bâti sur le rêve et le possible qui en sont l’essence.

Vous êtes coupables d’avoir amplifié et utilisé les peurs légitimes de chaque être humain.

En conceptualisant et modélisant les peurs individuelles du présent et du futur, vous avez amplifié délibérément le sentiment d’insécurité, allant même jusqu’à le reporter sur notre descendance en culpabilisant notre bien être présent et en dissociant ainsi l’être présent de l’être futur. Dès lors, le bien-être présent n’a plus suffi à l’humanité. C’était nier la diversité de la vie. C’était, d’un point de vue religieux, blasphématoire, vous n’êtes pas Dieu. La puissance de la vie est intrinsèque à chaque être vivant, elle ne se résume pas à des hypothèses de 0 et de 1.

Vous êtes coupables d’avoir recréé une nouvelle ségrégation primaire.

En divisant la société en Neutres et en Déficients après des siècles de lutte pour la reconnaissance que les capacités humaines ne sont pas le fait d’une origine, vous avez recréé, sur des bases écologiques, économiques et comportementale, une ségrégation encore plus terrifiante.

Enfin, vous êtes coupables du meurtre de 182’657’125 êtres humains.

Votre crime est d’autant plus grave qu’il a été médité, planifié et exécuté avec froideur sur de nombreuses années et qu’il a été prouvé que certains d’entre vous, avaient clairement identifié déjà dans les années 2000, la possibilité que la mise en place et la généralisation de l’utilisation des puces RFID et du Flux, mènerait à un système totalitaire à brève échéance.

La sentence

Nous avons cherché une sentence qui puisse modifier profondément vos actes, vos pensées, votre présent. Nous avons voulu une sentence qui puisse être rappelée dans les livres d’histoire et imprégner fortement chaque être humain et qui porte en elle la rédemption de vos crimes.

Cette condamnation doit aussi vous aider, et la société tout entière à retrouver le sens de la citoyenneté, à accepter les risques non prévisibles de la vie en communauté engendrés par la simple interaction d’intérêts convergents ou divergents.

Nous vous condamnons:

  • A ne plus subordonner vos décisions à un ensemble d’événements ou de données produites par l’ensemble de la société,
  • A revendiquer votre droit à la contestation.
  • A agréger vous-mêmes les informations,
  • A ne plus accepter les règlements qui selon vous ne s’appliquent pas à votre personne,
  • A ne plus définir votre propre fonctionnement comme une règle applicable aux autres,
  • A ne plus user de la puissance, définie comme le pouvoir que l’on exerce sur les autres, mais à exercer ce même pouvoir sur vous-mêmes,
  • A ne plus détériorer votre présent pour construire un hypothétique futur,
  • A ne plus considérer ce futur comme une fin en soi.

Mais,

  • A prévoir le futur avec sagesse sans aller au-delà de la pensée humaine,
  • A exiger votre responsabilité dans la réalisation de vos objectifs,
  • A revendiquer et à faire valoir votre qualité de citoyen en regard des pouvoirs collectifs

Nous vous condamnons à la plus lourde des peines.
A redevenir et à rester des hommes libres.


Parmi vous, il est de nombreux responsables politiques et économiques, qui par leurs actions et les pouvoirs qu’ils se sont donnés conditionnent les activités de la collectivité. Ce jugement s’applique particulièrement à vous qui réglez quotidiennement les rapports humains.

Dès ce jour, vous devrez définir vos actions en regard de trois points :

  1. Régler les problèmes d’organisation en augmentant la responsabilité des citoyens,
  2. Vous rappelez que cette responsabilité exige la liberté, et
  3. Vous souvenir que le désir de répression, que vous ressentirez inévitablement à un moment ou à un autre, n’est qu’un moyen d’imposer vos règles aux autres et que ce désir a mené l’humanité au chaos pendant des millénaires.

Coupables, vous êtes libres.

En 2046 l’ONU ajoute l’article 31 à la charte des droits de l’homme.

Chaque individu a droit à la protection de l’anonymat de sa personnalité et ne pourra en aucun cas être identifié et analysé, lui, sa personnalité, sa santé, ses actions, et ses déplacements, par un ou des moyens techniques opérant à distance, avec ou contre sa volonté et sa conscience.

Le juge Christopher Greenwood a décidé de censurer cette partie du rapport.
Il a motivé cette action pour les raisons suivantes :

« La déconnexion du Flux est le fait d’une succession d’événements et d’initiatives citoyennes. Comme à chaque fois ou l’ordre du monde se dérègle des « justes » se déterminent par leur courage et leur volonté. Chacun comprendra que révéler dans ce rapport les failles du Flux qui ont permis l’organisation de la révolte et de la guerre technologique qui s’en suivit peut aller à l’encontre de l’objectif du présent rapport. Je souhaiterais néanmoins souligner que tous les acteurs de la révolte de 2042 sont déjà nés en 2011 et pour certain déjà très actif, si le présent document pouvait les conforter dans leurs convictions, notre objectif serait atteint.

 A vous tous : Si vous ressentez actuellement un sentiment de malaise vis-à-vis des dérives technologique, économique, écologique et sécuritaire, cultivé le, c’est une lumière qui éclaire le monde à l’heure ou je vous écrit ».

Christopher Greenwood
Le 19 avril 2046

Le policier. L’élimination, la déconnexion comme nous le disions, avait trois piliers. Le rôle social des individus, la création de son sentiment d’exclusion et son élimination par un simple virus ou la programmation d’une déficience immunitaire. Le procédé avait l’avantage de ne pas mettre en danger les autres, l’individu pouvant succomber à un simple rhume.

Le responsable de la sécurité à l’ONU. Une première réunion a eu lieu en février 2036 à l’ONU de New-York où les responsables de la sécurité planétaire étaient présents. Le plan fut accepté et chacun fut chargé d’adapter pour chaque pays les trois phases, sachant que l’exclusion sociale n’était pas encore ressentie de façon homogène sur la planète et surtout n’était pas vécue de manière linéaire par chaque individu. Les profils sociaux et de comportement furent d’une grande aide dans la réalisation. Il nous fallait juste identifier le rôle social de chaque individu et sans le détruire, ce qui aurait été suspect, le déstructurer.

Parallèlement nous avons mobilisé les médias, en communiquant pour la première fois le coût d’une personne « Déficiente » pour préparer l’opinion publique à exercer elle-même une pression sur celle-ci, à l’image de ce qu’avaient réalisé les anciens sur les fumeurs, les conducteurs de 4X4 et les comportements à risque, pour préparer la mise en place du Flux.

Les médias. Nous avons reçu des statistiques mondiales sur le coût des « Déficients » pour chaque pays et pour chaque continent et surtout les estimations des coûts supplémentaires supportés par les Neutres. Nous avons organisé des débats sur l’éthique, la citoyenneté, le rôle de l’individu, les enjeux économiques, etc… le résultat ? la stigmatisation des déficients. Nous ne pouvions plus, à l’époque, supporter facilement la présence d’un Déficient au sein de notre famille ou de notre entreprise.

Le chef de la sécurité à L’ONU, La déconnexion des Déficients était chose simple. Envoyer un simple virus informatique à chaque puce, la déconnexion était immédiate.

Les premiers calculs nous signalaient environ 130 millions d’inutiles à éliminer dans les cinq ans, répartis sur les cinq continents. Les modèles nous affichaient pendant cette période une croissance économique de 2.49% par année, le choix s’est imposé de lui-même.

La solution finale ne devait pas influencer les Neutres et ne pas les faire souffrir. Le centre de développement à programmer des suppressions sociales avant l’élimination, de manière à ce que l’entourage de l’individu le rejette et que sa disparition soit vécue comme un soulagement.

 Le politique. Le phénomène des Déficients s’est accéléré pour des raisons inexpliquées comme si les variables économiques, écologiques et sociales qui en découlaient ne suffisaient pas à équilibrer la vie de la société et celle de l’être vivant. Le système identifia la présence de quelque chose, d’une conscience qui modifiait sans cesse le sens collectif et personnel des attitudes et des actions. Comme si le seul but de se nourrir ne suffisait pas, comme si la certitude d’un bonheur matériel futur se détruisait par sa simple évocation. Certains chercheurs ont imaginé comprendre, visualiser et toucher la conscience collective, certains ont décelé la présence d’un être suprême qui nous démontrait que nul ne pouvait réguler la puissance, les incertitudes de la vie future et que son développement ne peut être ni maîtrisé, ni certifié. Les philosophes ont identifié des relations tendues entre le bonheur présent et l’hypothétique futur radieux et certain, nous développant la thèse que l’absence d’incertitude était aussi l’absence de créativité et que la créativité Est l’essence même de la vie. Nous l’avions simplement supprimée, la vie a simplement voulu nous démontrer notre ignorance et nous démontrer que la représentation du futur n’est pas le futur, la vie, la conscience, Dieu peut-être, nous a démontré que la vie est une énergie présente, que sa transposition dans un futur identifié comme certain la supprimait dans le plus infime des atomes de la planète.

Dans la conscience de chaque être humain se trouvait l’incertitude de sa propre création et donc la suppression de cette incertitude déréglait l’ensemble des comportements bien au delà d’une activité neutre ou déficiente de l’individu.

Les débats s’éternisaient, l’élimination des Déficients poursuivait son cours. Paradoxalement les nouvelles générations qui n’avaient pas connu d’autre système étaient les plus déficientes, comme si la non-expression totale d’une créativité durant leur vie les détruisait plus vite. Les parents, constructeurs du système souffraient dans leur chair, leur âme, avec plus de 180 millions d’élimination en fin d’année 2044, chaque famille était touchée, y compris les membres des conseils politiques, économiques, écologiques et sociaux.

Le politologue. Le système avait identifié des millions d’individus au futur inutile, inutile étant une notion comprise comme non Neutre. Les déficients étaient tolérés dans un premier temps. Quand nous avons modélisé les influences d’un groupe de déficients, un pourcentage de la société, les modèles du Flux nous ont avertis d’un risque possible d’une propagation des effets négatifs sur l’ensemble de la société.

Le prêtre. Comment influencer son futur quand son futur est son ennemi. Quelle variable modifier quand aucune ne peut en influencer l’équation. Comment changer une variable de mon présent satisfaisant qui manifestement dérègle mon futur et qui devient un risque pour la société. Quelle variable le système n’a pas prévue ou éliminée à un certain moment ? La créativité ? Des milliers d’individus ont été formés pour être des artistes positifs. Le hasard ? Dans un monde où chaque élément a une histoire enregistrée et un mouvement préprogrammé pour l’utilité, le hasard est une variable prévisible. Dieu ? Quand nous avons éliminé la souffrance, le hasard, la passion, l’amour, et identifié un avenir certain, Dieu lui-même n’avait plus d’utilité.

Mathilde. Je n’étais qu’une femme inutile sur terre, sans importance, pourquoi autant d’intérêt pour moi ? Sûrement l’application des droits de l’homme, libres et égaux, le système me traite comme tout le monde. Suis-je libre ? Oui, libre de respecter les règles et d’être utile.

Supprimer la puce, mon identité, mon futur prévisible. Quasi impossible, les puces se trouvent partout dans chaque objet, chaque vêtement, et chaque objet est identifié comme m’appartenant. Pour avoir une chance d’un exil planétaire, je devrais trouver la puce de mon corps et l’éliminer, mais aucune chance, sa déconnection avec ma biologie serait signalée immédiatement, j’avais une chance de liberté de quelques minutes. Me séparer de tous mes objets, l’ensemble des déconnexions serait signalé immédiatement.

(…) Comment inventer un futur radieux où le jour de notre mort n’est pas prévu, notre bonheur une éventualité, un monde baignant dans une insécurité goûteuse.

Le chef de la sécurité à L’ONU. Le risque est devenu sévère dans les années 2027, nous devions agir sous la pression d’un futur qui risquait de se détériorer. C’était notre responsabilité. Nous n’avions pas le choix. Le système ne parvenait pas à corriger par des actes, des achats, des cadres de vie, des nouvelles relations proposées aux inutiles, à modifier de manière significative leur futur et leur influence sur le futur de la société.

Dés lors, la question était posée, que faire des déficients ?

 Le député Européen. Plusieurs Centres de recherche européens ont été financés par le consortium Flux dans l’objectif de trouver une solution humainement viable. Nous avons réuni l’ensemble des paramètres, les plus grands cerveaux de la planète, philosophes, politiques, médecins, universitaires, etc.

Inutile : qui n’a pas d’utilité, n’a pas de sens pour le Flux. La suppression des futurs inutiles s’est imposée comme la seule réponse possible. Les coûts astronomiques qu’ils généraient, l’influence sur les Neutres et sur la collectivité ne pouvaient plus être tolérée.

« Peut-être, comme un homme fatigué d’avoir roulé et tangué par gros temps, atteint d’on ne sait quelle nausée intérieure, il accepte l’aliénation comme une manière de jeter l’ancre ».
Marguerite Yourcenar – Quoi ? L’éternité – Galimard 1988

 

3.a L’emprise du Flux

L’historien. Au début des années nonante, la société a commencé à se constituer en réseau, développant les capacités d’apprentissage, l’intelligence collective. Le résultat fut un accroissement significatif des connaissances, l’accélération des processus entre conception et réalisation. La société dans son ensemble en a bénéficié.

A cette époque les préoccupations écologiques avaient un impact sur les décisions politiques, économiques et sociales. Les citoyens commençaient à intégrer sans réserve les restrictions de leurs libertés au profit d’un bien être futur dicté par les règles de la vie en commun.

La convergence des technologies promettait un avenir économique et social resplendissant. Les financements publics et privés, surtout américains, soutenaient la construction du monde meilleur en générant des profits importants et immédiats.

Le citoyen Landa. Il était normal, dans l’ambiance générale, d’avoir peur. Les défis de la mondialisation, l’insécurité était sans cesse répétée, filmée, commentée de multiples fois par jour. Nous avions l’impression que, dehors, juste là devant chez nous, c’était la guerre.

Le policier. Nous étions investis d’une mission par l’ensemble de la société. Les politiciens vendaient la peur, les médias soutenaient inconditionnellement nos actions, nous étions les rois. Nous avons accéléré le mouvement, soutenus par la justice (… silence…) maintenant je le sais, l’insécurité c’était nous.

La jeune fille. À l’époque, j’avais 7 ans, nous avions des cours d’Autodéfense à l’école. Mon école qui se situait à Lutry (dans le canton de Vaud en Suisse) a été la première à installer des caméras de surveillance.

Le sociologue. En fait nous avons assisté à une dilution de la personnalité. L’individu qui, petit à petit, ne disposait plus d’aucun refuge, d’aucune caverne, ne pouvait plus se reconstruire. Toujours mis en relation, toujours en représentation, il s’est développé insidieusement une nouvelle personnalité.

Mathilde. Je me souviens, en 2015, la FNAC avait supprimé les CDs en magasin, en 2018 les journaux papier avait été interdits, trop gourmands en énergie et en impact écologique. Parallèlement, tous les produits ont été marqués par les puces RFID. Un marché énorme…, des avantages logistiques fantastiques… et des milliers de suppressions d’emplois.

Le Sociologue. A cette époque, les partis étaient tous sécuritaires, les verts voulaient contrôler les citoyens pollueurs, les partis de droite, les citoyens hors du cadre et ceux de gauche, les citoyens dans le cadre. Un consensus général a été voté à l’ONU, à la Commission européenne et dans les régions : le programme des « flux ». Si nous voulions maîtriser notre développement, la sécurité, nos ressources, nous devions maîtriser les flux, tous les mouvements sur la planète, hommes, marchandises et quelques années plus tard, concepts et idées.

La start-up. Un marché énorme. Nous nous sommes engouffrés dans la brèche. Nous avons constitué les premiers réseaux internationaux de contrôle, l’interopérabilité des systèmes. C’était la clef de notre essor économique.

L’homme politique. Bien sûr, c’était le rêve, nous pouvions économiser, mesurer, produire en fonction des besoins. Les économies ont été fantastiques. Les coûts écologiques ont baissé de plus de 30% en quelques mois.

En 2020, tous les habitants de la planète, tous les organismes vivants, tous les produits de consommation ont été marqués. Chaque homme, chaque chose a eu sa puce en quelques années. Il y a eu des voix contre bien sûr, vite étouffées par la puissance politique, économique et écologique du système.

Le policier. Nous ne sortions plus que pour des interpellations. La convergence des données suffisait à nous alerter. Un déplacement trop rapide, un taux d’alcoolémie dans le sang trop élevé, une relation entre deux individus qui pouvait mathématiquement engendrer une délinquance nous était signalée. Dans les faits, nous étions beaucoup plus présents et beaucoup moins visibles.

Mathilde. Je me souviens de mon professeur qui pointait la non-correspondance entre nos livres et nos puces personnelles. Nous étions pris en défaut et sanctionnés. Nous devions dormir avec des livres, et mettre le réveil, le temps trop long d’interaction entre nous et nos livres était aussi source d’analyse et donc de sanction. Mais nous comprenions notre professeur, son taux « d’incidents » parmi ses élèves risquait de lui occasionner des pressions et des ennuis avec sa hiérarchie.

La start-up. Les logiciels nous permettaient tout : croisements, analyses, prévisions, modèles mathématiques. Je vous rappelle quand même, pas pour me dédouaner mais pour vous l’expliquer, que les premières villes équipées ont eu un taux de croissance sensiblement supérieur et que la délinquance a été supprimée à 100% quasi immédiatement. La mise en place du Flux était un succès salué par tous.

Le sociologue. En 2025, 80% de la population mondiale était référencée, c’est à ce moment que les nouveaux logiciels ont été transférés dans chaque individu. Nous avions compris à l’époque le lien entre technologie et biologie. Une découverte fantastique. L’objectif étant de lier le comportement présent de chaque individu à sa biologie potentielle, de modéliser le citoyen vis-à-vis de l’ensemble de la société. Nous arrivions à prévoir une maladie à venir ou un comportement déviant de nature à lui poser des problèmes dans le futur ou à accroître les coûts de la société.

En prévoyant les besoins de millions de personnes, vous pouviez prévoir les récoltes, les médicaments, les conflits sociaux potentiels. La régulation de la planète à plusieurs années voire décennies a été prévue, de manière plus fiable qu’avec les horoscopes (rires).

Le politique. En 2030, la notion de prévision comportementale et biologique de chaque individu nous a permis de classer assez rapidement les populations, non pas d’une manière raciale comme au 20ème siècle, ni d’une manière génétique comme dans les films de science fiction du début du siècle, mais d’une seule façon : Utile.

Le sociologue. L’important n’était pas de classer les individus par niveau intrinsèque, mais de les classer par niveau d’utilité pour la société. Un besoin était identifié plusieurs années à l’avance et nous devions donc former une masse d’individus travaillant à satisfaire ce besoin. Très loin du bon vieux marketing de papa.

Mathilde. En 2025, j’avais de très bonnes prévisions de vie, et une formation en OGM compatible avec les recherches effectuées à l’époque au Brésil. J’ai été mutée rapidement, mon profil correspondant à plusieurs brésiliens et brésiliennes, j’ai rapidement noué des liens d’amitié et une relation amoureuse. Je me sentais bien au Brésil.

Le mari de Mathilde. Nous sommes tombés immédiatement amoureux, c’était écrit… dans le Flux (sourire). Malheureusement elle est tombée potentiellement malade assez rapidement, son futur se détériorait. Elle était bien sûr en bonne santé, mais son profil se dégradait, les auto-analyses nous démontraient une mauvaise conjonction entre son environnement, son travail et son affectif. Le risque bonheur était important pour elle, pour moi et surtout pour nos futurs enfants. Nous recevions des recommandations du Flux des propositions de rencontre de nouveaux amis, de nouvelles fréquences de relations sexuelles, etc.. Mais de mois en mois, le taux potentiel de son « futur bonheur » baissait inexorablement.

Mathilde. Mon futur ne me plaisait plus et il hypothéquait mon présent. Je me sentais comme exclue de mon avenir, avec aucun moyen identifié de le modifier. Je me suis connecté au Flux, avec la certitude de ne rien trouver, il me l’aurait proposé. J’ai cherché la liste des taux de bonheur correspondant aux miens. Aucune réponse, sur 8 milliards d’individus, aucun n’avait un taux aussi bas, impossible. Ensuite mon mari m’a quitté, sur recommandation du Flux bien sûr. Les potentialités de sa vie étaient plus élevées sans moi.

Mon salaire a commencé à baisser, le taux de bonheur a eu une influence sur le taux de confiance de mon employeur. En quelques mois, j’ai été licenciée, mes assurances maladies, accidents et vies ont augmenté. Et toujours aucune proposition du système. J’étais exclue.

Mon taux d’utilité est tombé à zéro. C’était la première fois de ma vie. Difficile… Lors d’une fête avec des amis, je me suis sentie mal. Chacun pouvait connaître les taux clef de chaque invité, l’interaction possible, le potentiel de bien-être qui pouvait découler des rencontres. Au-dessous d’un certain taux d’utilité, de bonheur, je n’intéressais plus personne. N’étant à priori plus bénéfique pour mes amis, la raréfaction de nos relations a suivit…

Le policier. L’ancienne délinquance n’existant plus, la nouvelle forme que prit ce besoin de fabriquer des coupables, apparut rapidement dans le système. Le délit principal pris la forme d’un futur inutile identifié chez un individu, futur théorique qui pouvait être, de plus, contagieux.

Mathilde. Je me sentais bien, j’avais un seul ennemi, mon futur. Quelle ironie, nous avions organisé la société pour sécuriser et planifier nos prochains jours heureux, et le système nous retournait à notre présent en éliminant ce présent satisfaisant sous prétexte d’un futur inutile !

L’économiste. Le Flux informait les multiples acteurs interagissant avec le citoyen en fonction de son analyse, et lui proposait des actions, pour sauvegarder sa santé morale, physique et économique. Il restait aussi clair que les propositions reçues par l’entourage, ne pouvaient être identifiées comme remède à un autre individu. Economiquement, le système rééquilibrait immédiatement les données. C’était, par exemple, la raison de l’augmentation immédiate des assurances pour un individu au futur problématique. L’humanité avait connu dans les années 90 des déficits astronomiques des assurances chômage, maladie, invalidité créant des corporatismes entre les citoyens, et déclenchant la stigmatisation des citoyens en difficulté qui déstabilisaient l’équilibre financier de la société.

La recherche de l’utilité absolue de chaque être humain.

Dès 2021, le Flux analyse systématiquement la totalité des activités d’un être humain. Chaque citoyen consulte son profil en se connectant au Flux, vérifie son fonctionnement et suit les grandes tendances de son activité. Il peut se situer sur les moyennes régionales, nationales et internationales.

Le Flux propose déjà quelques corrections, par exemple de manger plus équilibré, d’augmenter de quelques minutes le sport pratiqué, de diminuer ses transports individuels, etc…

Au niveau de la gestion du Flux, les premières analyses des coûts des Déficients commencent à être prises en considération à titre individuel et au niveau de la planète.

Si dans les années 2000 la stigmatisation de certains comportements créait déjà des pressions sur les citoyens, en 2023, l’analyse globale de la vie quotidienne permet la catégorisation en « Neutre » et en « Déficient » et cette pression va rapidement se transformer en exclusion. Un citoyen peut faire du sport, ne pas fumer et être considéré comme Déficient par son nombre de déplacements, par une mauvaise alimentation ou par simple cumulation sur son profil du comportement des mineurs dont il a la charge.

Le Flux voit rapidement dans les Déficients des pertes de productivité importantes.

En 2025, les lois « informatique et liberté » sont modifiées pour permettre à chaque citoyen de connaître le taux de Flux de ses amis et leurs situations exactes. Le taux de Flux est devenu prépondérant dans les relations entre citoyens, il est automatiquement ajouté aux profils de réseaux sociaux comme Facebook. De nombreux citoyens aident ainsi leurs amis à augmenter leurs taux de Flux en les invitant à modifier leur comportement général dans l’objectif de revenir ou de rester dans la catégorie des Neutres.

La consultation de son profil plusieurs fois par jour et l’ajustement de son comportement est la principale activité des citoyens. Cet ajustement prend un temps considérable selon les cas, et la peur de sortir du cadre, de ne plus être considéré comme un citoyen « normal », devient une préoccupation quotidienne.

En 2025, la pression s’accentue quand les Déficients de longue durée, qui malgré leurs efforts n’avaient pas réussi à redevenir Neutres, durent s’annoncer publiquement par un signe distinctif. L’objectif étant d’écarter les Neutres de leur influence. Parallèlement un train de mesures économiques et administratives est décidé pour que leurs comportements soient pénalisants.

Extrait de l’intervention du secrétaire général des Nations Unies, le 12 août 2025.

« (…) Depuis 2020 le Flux rempli parfaitement sa mission. Cependant, malgré les efforts conjugués des autorités, des organisations politiques et de l’industrie, pour motiver les Déficients à corriger leur mode de vie et de consommation, nous devons malheureusement constater que les Déficients ne suivent pas les recommandations et conseils du Flux. Dès lors nous devons maintenant prendre nos responsabilités pour préserver les ressources, le bien-être et l’environnement des peuples de la planète. (…) Les coûts engendrés par les Déficients ne sont maintenant plus tolérables, ils mettent clairement en danger le fragile équilibre que nous avons construit ces dernières années et nous prenons le risque, sans réaction de notre part, de voir dans les prochains siècles, la disparition pure et simple de l’espèce humaine. (…) »

Nous pouvons noter la dramaturgie utilisée qui reprend les grandes peurs de l’humanité, peur du lendemain, peur d’extinction, et appel à l’instinct de survie.

La loi anti-Déficient rentre en force le 1er janvier 2026.

Chaque Etat membre adopte la loi selon ses spécificités et sa législation. Nous publions ici la loi Française :

 Article premier – Est considéré comme Déficient, pour l’application de la présente loi, toute personne considérée par le système Flux comme Déficiente depuis plus de 6 mois sans considération pour ses origines nationales, sociales ou raciales.

 Art.2– L’accès et l’exercice des fonctions publiques et mandats énumérés ci-après sont interdits aux Déficients :

 1° Chef de l’État, membres du Gouvernement, du Conseil d’État ,du Conseil de l’Ordre national, de la Légion d’honneur, de la Cour de Cassation, de la Cour des comptes, du Corps des Mines, Corps des Ponts et Chaussées, de l’Inspection générale des Finances, de la Cour d’appel, des Tribunaux de première instance, de la Justice de Paix, de toutes juridictions d’ordre professionnel et toutes assemblées issues de l’élection ;

 2° Agents relevant, du, département des Affaires étrangères, secrétaires généraux des départements ministériels, directeurs généraux, directeurs des administrations centrales des ministères, préfets, sous-préfets, secrétaires généraux des préfectures, inspecteurs généraux des services administratifs au ministère de l’Intérieur, fonctionnaires de tous grades attachés à tous services de police ;

 3° Résidents généraux, gouverneurs généraux, gouverneurs et secrétaires généraux des régions, inspecteurs des régions ;

 4° Membres du corps enseignant ;

 5° Officiers des Armées de terre, de Mer et de l’Air ;

 6° Administrateurs, directeurs, secrétaires généraux dans les entreprises bénéficiaires de concessions ou de subventions accordées par une collectivité publique, postes pourvus par le Gouvernement dans les entreprises d’intérêt général.

 Art. 3 – L’accès et l’exercice de toutes les fonctions publiques autres que celles énumérées à l’art. 2 ne sont ouverts aux Déficients que s’ils peuvent exciper de l’une des conditions suivantes :

a) Etre revenu à un taux de Flux Neutre depuis au moins 6 mois

b) Etre à un taux de Flux Déficient que depuis 1 mois et pour autant que le Flux prévoit une amélioration de la situation due à l’exercice de la profession souhaitée par le Déficient.

 Art. 4. – L’accès et l’exercice des professions libérales, des professions libres, des fonctions dévolues aux officiers ministériels et à tous les auxiliaires de la justice sont permis aux Déficients, à moins que des règlements de l’administration publique concernée n’aient prévu une proportion déterminée de Déficients et que le quota soit déjà atteint. Dans ce cas, les mêmes règlements détermineront les conditions dans lesquelles aura lieu l’élimination des Déficients en surnombre.

 Art. 5. – Les Déficients ne pourront, sans conditions ni réserves, exercer l’une des professions suivantes :

Directeurs, gérants, rédacteurs de journaux, de revues ou périodiques, à l’exception de publications à caractère strictement scientifique.

Directeurs, administrateurs, gérants d’entreprise ayant pour objet la fabrication, l’impression, la distribution, la présentation de films cinématographiques; metteurs en scène et directeurs de prises de vues, scénaristes.

Directeurs, administrateurs, gérants de salles de théâtre ou de cinéma, producteurs de spectacles.

Directeurs, administrateurs, gérants de toutes entreprises se rapportant à la radiodiffusion.

Des règlements d’administration publique fixeront, pour chaque catégorie, les conditions par lesquelles les autorités publiques pourront s’assurer du respect, par les intéressés, des interdictions prononcées au présent article, ainsi que des sanctions attachées à ces interdictions.

 Art. 6 – En aucun cas, les Déficients ne peuvent faire partie des organismes chargés de représenter les progressions visées aux articles 4 et 5 de la présente loi ou d’en assurer la discipline.

 Art. 7 – Les fonctionnaires Déficients visés aux articles 2 et 3 cesseront d’exercer leurs fonctions dans les deux mois qui suivront la promulgation de la présente loi. Ils seront admis à faire valoir leurs droits à la retraite, s’ils remplissent les conditions de durée de service ; à une retraite proportionnelle, s’ils ont au moins quinze ans de service ; ceux ne pouvant exciper d’aucune de ces conditions recevront leur traitement pendant une durée qui sera fixée, pour chaque catégorie, par un règlement d’administration publique.

Art. 8 – Par décret individuel pris en Conseil d’État et dûment motivé, les Déficients qui, dans les domaines littéraires, scientifiques, artistiques ont rendu des services exceptionnels à l’Etat français, pourront être relevés des interdictions prévues par la présente loi.

Ces décrets et les motifs qui les justifient seront publiés au Journal Officiel.

 Art. 9 – La présente loi est applicable en France dès le 1er janvier 2026

 Art. 10– Le présent acte sera publié sur le Flux et exécuté comme loi de l’État

L’impossibilité de trouver un équilibre mondial

Ces lois ont eu deux effets,

1) Les Neutres redoublèrent de discipline pour éviter par tous les moyens de tomber dans la catégorie Déficient, et

2) Le nombre de Déficients diminua fortement les premiers mois au niveau mondial.

Cependant le nombre de Déficient se stabilisa rapidement comme s’il n’était pas possible de descendre au-dessous d’une certaine masse, comme si ce nombre devait faire partie de la société, comme un élément indispensable à la vie.

Le Flux démontre rapidement que le maintien d’une zone de population « Neutre », en déséquilibre systématiquement une autre.

Dès lors, il est plus simple « de déconnecter » les Déficients.

Le groupe de travail a décidé à ce stade,
de publier les témoignages significatifs du Procès de Nuremberg 2045.